un recueil

loïc de trigon

la blessure d’un mot n’est soignée que par le mot d’amour qui pardonne.

un recueil

 

 

 

 

 

Une forêt traverse une voie ferrée.

 

 

" Que dois-je faire quand il pleut

Pour ne pas avoir, dans les yeux,

La partition de tristesse

Jouant l'air de ma faiblesse ?

 

Je dois ancrer au fond du coeur,

De la confiance, la chaleur,

Car la pluie n'ôte pas du temps,

Le soleil caché pour un temps.

 

Je dois absorber la force

De la terre, cette écorce

Devenue enfin puissante,

Miracle de l'eau qui chante.

 

Je dois remercier Nature

Qui sait, bien sûr et m'assure,

Par son geste, la poursuite

De la vie, stoppant sa fuite.

 

Je dois être présent demain,

Pour caresser avec ma main,

Ces plants qui vont apparaître

Porteurs de la vie à naître.

 

Je dois sourire à l'horizon

Pour le faire changer de ton

Et que, de tristesse, le gris

Remplisse de bleu mon esprit. "Un témoin l'aperçoit.

Un train aussi, qui se met à crier.

La collision paraît inévitable.

 

Le témoin raconte qu'il l'imaginait ainsi.

 

Elle n'eut pourtant pas lieu..

L'intelligence des arbres leur avait suggéré de lancer des branches,

Sur la voie,

Loin d'eux,

Pour freiner le train.

 

loïc

 

 

 

 

 

 

© loïc de trigon - tous droits réservés - reproduction interdite - 2014