Le fil de l’eau donne souvent de la transparence aux idées. loïc

 

Un colis.
Une grande boite en carton
Est posée devant moi,
En travers de mon chemin.

Sur ses côtés, est écrit, en lettres rouges,
Fragile.
A qui ce colis est-il destiné ?
Point de nom marqué.

A la place, le mot vie.
D’où vient-il ?
Je trouve une appellation,
Sol Études,
Et une adresse dans l’au-delà.

Je l’ouvre, délicatement.
Rien.
Il est vide.
Mystère…

Colis par terre,
Sans nom de destinataire !

Destinataire, le mot remue, se tord, se casse,
Et je trouve dans les débris,
Destin à terre, puis destin sur terre.

Reprenons l’expéditeur,
Sol Études, le nom remue, se tord, se casse,
Et s’y associe,
Solitude.

Fragile, vie, destin, solitude.
Mots clés de l’énigme.
Ils m’ouvrent une porte,
La solitude dans la vie
Rend fragile notre destin.

C’est une évidence !
N’est-ce pas ?
Mais combien notre époque l’oublie.

Je range le colis sans le cacher.
Ainsi, chaque jour, il me rappellera
Que je dois éviter la solitude
En meublant celle d’autres terriens.

 
© loic de trigon – 19/04/2014

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>