Le fil de l’eau donne souvent de la transparence aux idées. loïc

 

J’étais dans le monde, un homme heureux.
La fraîcheur dans mes poches
N’avait d’égale que la tentation d’aimer les autres.
La confiance me soufflait la vie.

Le monde n’a pas changé.
Un orage a seulement brisé quelques branches
Dans des arbres que je croyais bien plantés.

Les branches mortes finiront au feu
Et réchaufferont les bourgeons,
Les faisant éclater en une symphonie de couleurs
Apaisantes et odorantes.

Mes yeux ne doivent pas se fermer
Tant de beautés reviennent
Qui cacheront les laideurs aperçues.

Je suis dans le monde, un homme plus mûr.
Mes pieds se sont aguerris.
Ils ont tant piétinés le sol !
J’ai moins de fraîcheur dans mes poches
Mais il m’en reste…
J’ai toujours la tentation d’aimer les autres
Mais la confiance est plus méfiante…

Je suis dans le monde, un homme d’espoir.
Ma traversée d’hier me donne la force d’aujourd’hui,
Et la force d’aujourd’hui tend les mains à demain.

N’avoir jamais souffert
Empêche de connaître ses limites,
Avoir souffert permet de les dépasser.
Alors, que reste-t-il après ?
Avancer !
La fierté aux lèvres.

 
© loic de trigon – 11/04/2014

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>