Le fil de l’eau donne souvent de la transparence aux idées. loïc

 

Il était mot.
Il courait de mille pieds en avant,
Il en laissait toujours un en arrière
Comme pour se trouver à l’abri,
Au cas où…
Comme pour s’échapper dans un autre vers,
S’il le fallait…

Je l’ai cherché pour le ficeler
Afin qu’il réponde à l’expression de ma pensée.
Et c’est vrai que j’en ai trouvé, des mots !
Des quantités, ces jours-ci.
Mais leur nombre de pieds en arrière
Me sont apparus trop nombreux !

Alors, je continue ma quête…
Je ne tends pas encore la main
Car elle ne tremble pas.
Je garde le pied volontaire,
Toujours alerte pour parcourir
Mon chemin d’écriture,
Libre comme l’esprit que j’entretiens.

Un jour de plus,
Un mot qui n’est pas de trop
Pour former une suite dont moi seul
Détient les plans.

 
© loic de trigon – 10/04/2014

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>