Le fil de l’eau donne souvent de la transparence aux idées. loïc

 

J’ai regardé le ciel et j’ai ouvert mes mains,
Un frisson est passé sur mes doigts.

Je ne l’ai pas vu.
Je ne l’ai pas arrêté.
Il s’est envolé.
Et son départ m’a rendu le cœur léger.

Je le savais, chez moi, enfermé
Je le savais fils de l’angoisse,
La sœur de la peur.
Celle qui se faisait courtiser par le tracas.

Ils s’étaient aimés dans les mauvaises herbes.
Mon frisson le savait.
Moi, j’avais fermé les yeux
Puis j’avais tremblé à son rythme..

La pluie l’avait empêché de sortir,
Et il avait continué de me nuire.

Aujourd’hui, le soleil revenu,
J’ai regardé le ciel,
J’ai ouvert mes mains,
Il est passé sur mes doigts.
Bon débarras,
Je ne le rappellerai pas.

 
© loic de trigon – 05/03/2014

 

One thought on “Un frisson

  • 25 mars 2014 at 18 h 47 min
    Permalink

    Bonjour Loïc. J’ai transporté mon blog à une nouvelle adresse…Si vous passez par là…
    Je viens de lire cette poésie que je trouve charmante. Je n’avais pas été avisée de sa parution…Je vais essayer de me réinscrire .
    Amicalement,

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>